top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLaurent Huyghe

La courbe d'apprentissage dans la pratique des arts martiaux et en self-defense

Introduction


Dans toute apprentissage, pour progresser, il faut investir du temps et de l'énergie. Ces 2 points sont interdépendants pour assurer la progression. On parle alors de courbe d’apprentissage. C'est un concept qui s’applique à de nombreux domaines, y compris aux arts martiaux et à la self-défense. La courbe d'apprentissage illustre comment nous améliorons nos compétences avec le temps et l’effort investi.


Comprendre la Courbe d’Apprentissage

La courbe d’apprentissage est généralement représentée par une courbe ascendante qui montre une amélioration progressive des compétences avec le temps. Au début, selon l'activité, l’apprentissage peut être rapide, mais il ralentit progressivement à mesure que nous nous rapprochons de la maîtrise.



La Courbe d’Apprentissage dans les Arts Martiaux

Dans les arts martiaux, la courbe d’apprentissage est particulièrement pertinente. Un débutant, en s'entrainant régulièrement et sérieusement, peut apprendre relativement rapidement les mouvements de base, mais la maîtrise de ces techniques et de techniques plus avancées nécessite du temps et de la pratique.


Par exemple, un novice en karaté peut apprendre les bases pour donner un coup de poing ou un coup de pied. La maîtrise de ces mêmes coups par contre va demander beaucoup de temps. De même, l’apprentissage de katas complexes ou de techniques de self-défense plus avancées nécessite une pratique répétée, de la patience et de la régularité pour une compréhension profonde du mouvement.


La Courbe d’Apprentissage en Self-Défense

La self-défense est un domaine où la courbe d’apprentissage est cruciale. Les techniques de self-défense doivent être apprises, pratiquées et maîtrisées pour être efficaces en situation réelle.

Au début, un étudiant peut apprendre rapidement quelques techniques de base comme se dégager d’une prise ou bloquer un coup. Il devra persévérer pour réellement les maîtriser.


Des situations plus complexes, comme se défendre contre plusieurs agresseurs ou utiliser l’environnement à son avantage, nécessitent une compréhension plus profonde et une pratique plus intensive.


La connaissance des 'bases' reste primordiale, tel le solfège en musique pour un musicien qui souhaiterait devenir expert en improvisation. Les bases sont un repère, les fondations qui permettent de structurer sa pratique, martiale ou autre.

En japonais, nous parlerons de KIHON - きほん - 基本 - bases, fondements, principes.



La courbe d’apprentissage est un outil précieux pour comprendre notre progression dans l’apprentissage des arts martiaux et de la self-défense. Elle nous rappelle que la maîtrise n’est pas un processus instantané, mais le résultat d’un effort soutenu et d’une pratique constante.


Des études ont démontré qu'il fallait 10 000 heures pour atteindre la maîtrise d'un geste.

La « règle des 10 000 heures » vient d’une étude publiée en 1993 dans la revue scientifique américaine Psychological Review.

Des chercheurs en psychologie, dont le Suédois K. Anders Ericsson, s’étaient intéressés au « rôle de la pratique dans l’acquisition d’une expertise ». Ces travaux de recherche soulignaient l’importance d’un entraînement intense par rapport au « talent ».


Alors, continuez à pratiquer, continuez à apprendre, et vous verrez votre courbe d’apprentissage monter vers de nouveaux sommets.


Les étapes de la courbe d'apprentissage


La courbe d’apprentissage est généralement divisée en plusieurs étapes ou phases.


Voici les quatre principales étapes de la courbe d’apprentissage selon Abraham Maslow :

  1. Inconsciemment Incompétent : À ce stade, l’individu n’est pas conscient de ses lacunes. Il ne sait pas qu’il ne sait pas.

  2. Consciemment Incompétent : L’individu prend conscience de ses lacunes. Il sait qu’il ne sait pas.

  3. Consciemment Compétent : L’individu a acquis des compétences et en est conscient. Il sait qu’il sait.

  4. Inconsciemment Compétent : L’individu a intégré les compétences à un point tel qu’il les utilise sans y penser. Il ne sait plus qu’il sait.

Ces étapes sont observables sur une courbe d’apprentissage. Au début de la formation, l’apprenant est souvent confronté à des difficultés et ne maîtrise pas encore les compétences nécessaires pour réussir. Cependant, à mesure qu’il pratique et reçoit un feedback, il améliore sa performance et devient de plus en plus efficace.


La courbe d’apprentissage permet de suivre l’évolution de l’apprenant, de repérer les éventuelles difficultés rencontrées et d’adapter la formation en conséquence.


En observant la période de stabilisation, on peut prévoir des activités spécifiques pour aider l’apprenant à surmonter ses difficultés et à continuer à progresser.


Comment gérer les moments de stagnation dans l'apprentissage


La stagnation dans l’apprentissage est un phénomène courant et peut être gérée de manière efficace avec les bonnes stratégies.


Voici quelques suggestions basées sur des recherches en sciences cognitives :


  1. Revoir les Fondamentaux : Parfois, la stagnation peut être due à une compréhension incomplète des concepts de base. Il peut être utile de revenir aux fondamentaux et de les réviser. En kenjutsu kashima par exemple, la révision de la 1ère série des kata (les bases) est fondamentale et fait partie intégrante des cours même chez les plus gradés.

  2. Varier les Méthodes d’Apprentissage : Utiliser différentes méthodes d’apprentissage peut aider à surmonter la stagnation. Par exemple, si vous apprenez par la lecture, essayez d’écouter un podcast ou de regarder une vidéo sur le sujet.

  3. Faire des Pauses : Il est important de prendre des pauses régulières lors de l’apprentissage. Cela permet à votre cerveau de se reposer et de consolider les informations.

  4. Pratiquer la Relaxation : Des moments de relaxation peuvent aider à réduire le stress et à améliorer la concentration, ce qui peut aider à surmonter les moments de stagnation.

  5. Chercher de l’Aide : Si vous êtes bloqué sur un concept particulier, n’hésitez pas à demander de l’aide à un enseignant, à un mentor ou à un pair.

  6. Faire des Exercices Pratiques : L’application pratique de ce que vous apprenez peut aider à renforcer votre compréhension et à surmonter la stagnation.

  7. Maintenir une Attitude Positive : Il est important de garder une attitude positive et de se rappeler que la stagnation fait partie du processus d’apprentissage.

Rappelez-vous, chaque apprenant est unique et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Il est important d’expérimenter différentes stratégies et de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous.


Comment l'état d'esprit joue-t-il sur la courbe d'apprentissage et la progression en général ?


Avoir un état d'esprit positif est très important pour progresser. Devant les difficultés et le manque de progrès rapides, de nombreuses personnes perdent leur enthousiasme et deviennent 'négatives'. L'époque actuelle du 'tout, tout de suite' est aussi intéressante à questionner dans ce sens.


On peut observer en France et dans d'autres pays, statistiques à l'appui, une diminution du nombre de personnes pratiquant les arts martiaux (dits traditionnels). Les 'DÔ' demandent du temps, de la patience et de la régularité (comme tout apprentissage sérieux).


En self-défense, l'état d'esprit est fondamental.

Un état d’esprit négatif peut effectivement ralentir l’apprentissage de la self-défense :

  1. Limitation des Croyances : Si un apprenant se dit “cela ne marche pas car je n’ai pas assez de force”, il limite ses propres capacités. Carol S. Dweck, une chercheuse reconnue dans le domaine de la personnalité, de la psychologie sociale et de la psychologie du développement, a démontré que nos croyances affectent fortement ce que nous voulons et le fait que nous réussissions ou non à l’obtenir. Elle distingue deux types d’état d’esprit : l’état d’esprit fixe et l’état d’esprit de développement. Dans le premier cas, les individus croient que leurs qualités et leurs défauts sont en quelque sorte gravés dans la pierre. Dans le second cas, les individus croient que leurs qualités fondamentales peuvent être cultivées par l’effort.

  2. Peur et Anxiété : La peur de l’échec ou de l’agression peut créer de l’anxiété, ce qui peut entraver l’apprentissage. Les émotions négatives, pour lesquelles le système limbique joue un rôle crucial, peuvent constituer une caractéristique forte des expériences indésirables et être extrêmement persistantes dans la vie de la personne. Ces émotions peuvent interférer avec la capacité d’une personne à se concentrer et à apprendre. Pour surmonter ces obstacles, il est important de cultiver un état d’esprit positif et de croire en ses propres capacités. Un bon instructeur peut aider à renforcer la confiance en soi et à changer les croyances limitantes. De plus, il est important de se rappeler que la self-défense ne repose pas uniquement sur la force physique, mais aussi sur la stratégie, la technique et la rapidité. En fin de compte, l’apprentissage de la self-défense, comme tout autre apprentissage, nécessite du temps, de la patience et de la pratique. Il est important de ne pas se décourager face aux difficultés et de continuer à s’entraîner régulièrement.

  3. Manque de Confiance en Soi : Si un apprenant pense “je ne suis pas capable de réussir, cela ne fonctionne pas”, il manque de confiance en ses propres capacités. La confiance en soi est essentielle pour l’apprentissage de la self-défense. Sans elle, un apprenant peut hésiter ou douter de lui-même dans des situations critiques.


En résumé, la courbe d'apprentissage (tout comme la courbe de l'oubli) est un concept intéressant à comprendre et à prendre en compte dans toute étude.


Donner du temps au temps prend alors un autre sens, comme la pratique d'un 'DÔ' à notre époque oû tout va vite.


Laurent Huyghe

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page